GLOSSAIRE

 

AMIANTE

Matériau dangereux interdit en France depuis 1997.
Les formations des salariés sont obligatoires depuis 2002.

ASSECHEMENT

En sauvetage après sinistre l’assèchement est utilisé dans les cas suivants :

  • assèchement de bâtiments, les assécheurs sont alors utilisés conjointement avec des ventilateurs de manière à brasser le volume à assécher et donc à accélérer la déshumidification
  • stop corrosion de matériel touché par des fumées acides
     

BATIMENT (après dégât des eaux)

L’assèchement des bâtiments peut mettre en oeuvre deux techniques :

  • assèchement de l’ambiance (ou volumétrique) en mettant le ou les volumes sous air sec
  • assèchement par insufflation d’air sec pour assécher les parties inaccessibles : parquets, doublages, dalles, plafonds. En plus de l’assèchement volumétrique il faut alors procéder à des percements dans les matériaux et éventuellement, à la mise en place d’un réseau de tubulures d’air sec. Ces interventions requièrent impérativement l’utilisation de ventilateurs et de surpresseurs.

 

BATIMENT (après incendie)

Lors d’un sinistre incendie, les bâtiments sont généralement touchés de la même manière que le contenu. En effet l’acide chlorhydrique gazeux est plus lourd que l’air (densité 1,25), mais il va quand même s’élever en même temps que les fumées. Tant que la température restera élevée le gaz corrosif va parcourir les charpentes et la sous toiture du bâtiment et retombera plus loin sur les matériels et les stocks entreposés quand la température baissera.

  

CORROSION

La combustion des différents matériaux impliqués dans un incendie dégage des gaz qui peuvent contenir des ions chloreCes ions se combinent avec l’humidité de l’air ambiant et avec l’eau d’extinction des pompiers pour produire des acides et donc des risques de corrosion sur les surfaces métalliques.Il faut savoir également que la corrosion est un phénomène naturel qui – s’il n’est pas éliminé complètement – réapparaît après quelques temps.

 

CRYOGéNIE

Le produit de nettoyage cryogénique utilisé est de la neige carbonique dont la température est de –79 °Celsius.

Cette glace subit une pression et passe de l’état solide à l’état gazeux sans passer par l’état liquide (sublimation).

Il n’y a donc aucun résidu (eau ou sable) et le travail est impeccable (similaire au sablage basse pression).

Ce procédé enlève la suie et permet de décaper en réglant la pression et le débit.

  

CUVE A ULTRASONS

Le nettoyage par ultrasons est une technique très efficace. Son action est fondée sur des vibrations acoustiques haute fréquence qui provoquent une importante cavitation dans le liquide.

C’est-à-dire que les ultrasons dans le bain de lavage provoquent une succession de compressions et d’expansions, créant des millions de microbulles. Les micro bulles pénètrent partout - même dans les recoins les plus inaccessibles des pièces à traiter - et assurent rapidement un nettoyage de qualité exceptionnelle

  

DECONTAMINER

Décontaminer un matériel, un bâtiment ou un objet après incendie ou dégât des eaux, c’est le nettoyer en éliminant de manière totale et définitive les agents polluants et contaminants ainsi que la corrosion éventuellement générée par le sinistre.

 

DEGAT DES EAUX (D.D.E.)

L’eau provoque de nombreux dégâts.

Outre son rôle actif dans le phénomène de corrosion des métaux, l’eau provoque des dégradations sur les bâtiments et leur contenu.

 

DESHUMIDIFICATEUR

Matériel d’assèchement qui fonctionne selon un mode prochedu frigo (cycle thermodynamique).L’air humide est refroidi sur une batterie froide. L’eau se condense sur les lamelles du circuit de refroidissement puis est évacuée par des tuyaux ou conduite dans un réservoir. La chaleur générée par ce processus est rejetée et fait monter la température ambiante de quelques degrés. Les déshumidificateurs sont meilleur marché mais leur plage de fonctionnement est relativement restreinte : ils ne descendent pas en dessous de 35 % de taux d’humidité, ils ne fonctionnent pas à des températures de – 10°C par exemple. En outre ils remontent la température de la pièce ce qui constitue parfois un inconvénient. Par contre ils consomment moins d’électricité.

 

DESHYDRATEUR

Matériel d’assèchement qui utilise les propriétés hygroscopiques de certains matériaux (comme le gel de silice ou le chlorure de lithium). Ces matériaux sont imprégnés sur une roue qui tourne lentement qui absorbe l’humidité puis qui est réchauffée et donc qui transforme l’humidité en vapeur d’eau. Cet air chaud et humide est évacué du local ou condensé et récolté dans un réservoir. Ces appareils fonctionnent avec un excellent rendement en toutes conditions d’humidité et de température. Les déshydrateurs sont plus chers que les déshumidificateurs mais ils sont moins efficaces.

 

DETERGENT ACIDE

Les détergents acides (pH compris entre 0 et 6) possèdent la propriété de dissoudre les dépôts minéraux (tartre, calcaire, oxydes, ciment, plâtre, chaux …).

Ils enlèvent également les ternissures et l’oxydation des métaux, ce qui les rénove.

A dosage adapté, ils ravivent et fixent les couleurs de fibres textiles naturelles.

 

DETERGENT ALCALIN

Ils ont la propriété des détergents neutres. Ils contiennent en outre un produit alcalin (pH supérieur à 7 mais inférieur ou égal à 14) qui permet de transformer les huiles et graisses végétales en savon facilement éliminables, de décaper les sucres caramélisés, les tanins,  les suies et les émulsions de suies.

Ils possèdent en outre la faculté de passiver les dépôts chlorés.

 

DETERGENT NEUTRE

Les détergents neutres permettent de traiter la plupart des dépôts organiques (huiles, graisses…), ils sont d’une sécurité absolue pour le personnel et les supports.

  

EAU

L’eau est le produit neutre (pH de référence : 7) et inoffensif par excellence.

L’eau permet d’éliminer certains dépôts (sucre, boue, etc.).

Contrairement aux idées reçues l’eau n’a pas un bon « pouvoir mouillant », elle ne permet donc pas d’enlever des dépôts tenaces.

 

EFFETS D’UN INCENDIE

L’effet direct du feu n’entraîne pas systématiquement la destruction ou la mise hors d’usage définitive. Les effets indirects ont à brève échéance des conséquences souvent très graves.

Un sinistre incendie peut provoquer les dommages indirects suivants :

  • Les dommages dus à la suie et à la fumée
  • Les dommages dus à la corrosion
  • Les dommages dus à l’eau
  • Les chocs thermiques
  • Les odeurs (voir www.pollair.fr)

 

EFFETS D’UN DEGAT DES EAUX

Les dommages directs dus à un dégât des eaux sont : 

  • Détérioration des matériaux hygroscopiques
  • Dégâts dus à la prolifération des moisissures et bactéries
  • Taches, auréoles ...
  • Corrosion par l’eau
  • Corrosion par les polluants et les acides
  • Corrosion due à l’humidité relative trop élevée

Les dommages indirects sont : 

  • Changement de dimensions
  • Perte d’intégrité de la structure
  • Perte du facteur R des matériaux isolants
  • Tenue des matériaux hygroscopiques

 

EPONGE A SEC

Il s’agit d’un bloc de caoutchouc naturel qui permet d’éliminer les suies volatiles à sec.

  

FIXE-SUIES

Ces produits permettent d'encapsuler les suies et les poussières de manière durable sur tous supports, notamment dans les endroits difficiles d'accès (gaines de ventilation, de climatisation, plénums …).

Ils permettent également de fixer les suies sur les matériaux non lessivables (laines de verre, fibre de verre, dessus de plaques de faux plafond …).

  

FUMEE

La fumée est en fait du carburant qui n’a pas brûlé complètement, rendu visible par la présence de petites particules de carbone et d’autres matériaux.

La fumée contient des particules minuscules appelées PM10 (particulate matter less than 10 microns in diameter) contenant des petites gouttes de goudron, gaz, suie et cendres.

Une analyse de la fumée issue de la combustion du  bois a montré la présence des composants suivants : monoxyde de carbone, méthane, benzène, acide acétique, acide formique, toluène, carbone et même des traces de métaux lourds. 

 

MESURES CONSERVATOIRES

La corrosion par l’acide chlorhydrique après un incendie n’apparaît pas en dessous de 30 % d’humidité relative. Au-delà de 60 %  la vitesse de corrosion atteint des valeurs très importantes.

En cas de présence de chlore (détectable par différentes méthodes), il est important d’intervenir rapidement ou procéder à des mesures conservatoires (mise des matériels sensibles sous air sec ou protection par la pulvérisation d’huile hydrofuge).

 

NEUTRALISATEURS D’ODEURS

Des molécules complexes qui neutralisent les odeurs, à ne pas confondre avec les produits masquants.

 

 ODEUR

Mis à part le masquage chimique des odeurs, il existe trois approches pour supprimer les odeurs : le générateur d’ozone, l’ionisation  et l’utilisation d’essences naturelles et d’huiles essentielles.

  • Une solution très bon marché consiste à brumiser un produit destructeur d’odeurs (attention : il est très difficile de faire la différence entre un produit masquant et un vrai neutralisateur d’odeurs.
  • Pour des volumes moyens (jusqu’à 1000 m3) et dans des locaux habités (particuliers, commerces …), la production d’essences naturelles et d’huiles essentielles sous forme de vapeur sèche représente un faible investissement de départ assorti  d’une grande facilité de mise en œuvre et de transport ; par contre le coût des consommables est relativement élevé 
  • Pour un budget plus important  des systèmes de destruction d’odeurs tels que la micro-oxydation représentent des solutions  valables ne nécessitant aucun consommable, additif ou produit chimique.
  • Pour le traitement d’odeurs à l’échelle industrielle, il convient de comparer les techniques suivantes :
    • production de vapeurs sèches d’essences naturelles et d’huiles essentielles (voir à ce sujet le site www.pollair.fr)
    • ionisation
    • ozone

 

OXYDATION

On observe très souvent sur les métaux non ferreux une couche d’oxyde, film jaune clair à brun foncé plus ou moins épais.

L’oxydation peut être liée à un simple excès d’humidité (eau d’extinction des pompiers ou condensation due aux variations de température) l’agent corrosif est alors apporté par la pollution ambiante ; dans ce cas  l’attaque est superficielle.

 

OXYDES FERREUX ET FERRIQUES

En pratique la corrosion évolue d’une couleur jaune (oxyde ferreux Fe23) vers une couleur rouge (oxyde ferrique : Fe3O4) en passant par toutes les nuances d’orange.

Pour simplifier une corrosion jaune est sauvable, une corrosion rouge ne l’est plus.

 

PEELING

Il s’agit d’une pâte qui enlève à sec les salissures dans un film caoutchouteux. Utilisable en intérieur et extérieur. Procédé très coûteux utilisé notamment pour les monuments historiques

 

pH

Une caractéristique importante des produits utilisés dans la décontamination est le pH (potentiel hydrogène). Il s’agit d’un nombre compris entre 0 et 14 qui mesure l’état d’acidité d’une solution.

Dans la pratique les milieux les plus acides ont un pH proche de 0, les milieux les plus alcalins ont un pH proche de 14. 

 

SUIE

Les suies proviennent de la combustion de tous les matériaux : bois, plastiques, textiles, nourriture, matériaux de construction.

Les suies  se déposent sous forme de film sur les surfaces du bâtiment et de son contenu. 

Les suies sont composées de particules d’un diamètre compris entre 1 et 10 microns (1 millième de millimètre). La nature des composants de ces particules dépend du  ou des combustibles (bois, hydrocarbures, plastiques, aliments …) et du mode de combustion (avec ou sans apport d’oxygène).

Dans certains cas, la nature acide de ce film cause des décolorations et des corrosions.

 

SUIE COLLANTE

Les suies collantessont éliminées avec un détergent alcalin (double action : dégraisse et passive). Le nettoyage se fait à la main (seau et éponge), à la haute pression (pulvériser au préalable le détergent et ne surtout pas le mélanger à l’eau), à l’injection-extraction (tapis et moquettes), à la laveuse de sols, par bains ou encore à la mousse … 

 

 SUIE VOLATILE

Les suies volatiles peuvent être enlevées à l’éponge à sec

 

Pour plus de détails, rendez-vous sur le site www.ciefas.eu ou contactez-nous au 04 78 81 72 73 ou fmarcour arobase ciefas.eu